15 juin 2007

Abolir la viande, ce n’est pas abolir le spécisme

Vouloir abolir la viande peut paraître follement ambitieux. Le premier obstacle est d’ailleurs là : rendre pensable que la viande puisse être abolie. Et au vu du nombre colossal d’individus concernés, l’abolition sera un évènement considérable.

Mais c’est en même temps un objectif bien modeste. Modeste parce que la viande n’est évidemment pas la cause de toute vie ou mort misérable sur cette planète. Elle est même une source de plaisir pour beaucoup – humains ou non – dont la vie peut être misérable par ailleurs.

Modeste aussi parce qu’abolir la viande, ce n’est pas abolir le spécisme : on peut trouver inacceptable ce que les humains font endurer aux animaux pour les manger, tout en continuant de penser que ce que ressent une bête compte moins que ce que ressent un humain.

Qu’on le regrette ou non, l’abolition de la viande n’exige donc pas des gens qu’ils remettent radicalement en cause la place des humains parmi les êtres vivants, encore moins qu’ils changent totalement de vision du monde et de ce que doit être la société. C’est une des raisons qui rend cette abolition atteignable dans le monde tel qu’il est.

Cela dit, il est clair aussi que débattre sur l’abolition de la viande, c’est discuter de l’importance à accorder aux intérêts des divers individus concernés, humains ou non. Et que la résistance à cette abolition sera tout autant idéologique qu’économique.

Mais il reste qu’abolir la viande, ce n’est pas abolir l’ensemble des idées et pratiques spécistes.

Erik Marcus, dans son livre « Meat Market(1) », fait ce parallèle avec l’abolition de l’esclavage :
« Les efforts visant à démanteler l'industrie de l'élevage seront sans aucun doute comparés au mouvement d'abolition de l'esclavage du 19e siècle. [...] les deux mouvements sont identiques sur un aspect : aucun des deux ne cherche à atteindre la perfection. Après la guerre de Sécession, les Noirs américains ont continué à souffrir d'épreuves comme la ségrégation et la discrimination [...]. Une bonne partie de cette oppression post-abolition aurait certainement pu être prévue par la direction du mouvement abolitionniste. Pourquoi leur programme était-il alors si limité ? Ce n'est pas une quelconque paresse ou complaisance qui explique ces limitations du programme abolitionniste. Ces limitations étaient en fait la pierre angulaire d'une brillante stratégie. A cette époque, l'esclavage était le plus grand tort infligé aux Noirs par les Blancs. [...]

La grande réussite de l'idée d'abolition était de reconnaître que, quelques fussent vos opinions sur la question de la race, vous n'aviez pas besoin d'être terriblement progressiste pour considérer l'esclavage comme une abomination. [...] Beaucoup des gens qui ont combattu et sont morts pour abolir l'esclavage avaient des idées qui seraient aujourd'hui jugées racistes. Mais, pour soutenir l'abolition, les gens n'avaient pas à adhérer à l'idée d'égalité entre races. Les abolitionnistes demandaient seulement que les Américains reconnaissent l'esclavage comme étant un mal hideux et agissent pour y mettre fin. L'esclavage aboli, ce n'était plus qu'une question de temps avant que des formes plus subtiles d'oppression soient dénoncées et combattues. »

Antoine Comiti

(1) Dans ce livre en anglais paru en 2005, l’animateur du site Vegan.com explique pourquoi il pense impossible de réformer sérieusement les méthodes d’élevage, et appelle à développer un mouvement pour le "démantèlement de l'élevage" ("dismantlement of animal agriculture").

7 commentaires:

de san nicolas espinosa jean bernard a dit…

Bravo et un grand merci pour ce superbe texte qui constitue les prémisses de la voie menant à l'abolition de l'esclavage animal et donc parconséquent à l'interdiction de tout commerce de celui-ci.

L'humanité doit cheminer vers l'idée d'un végétarisme total si elle veut ne pas réaliser son auto-instinction.

jb, amoureux de la nature

pdt fdt de l'AIPAM
http://aipam.free.fr
www.lafranceenaction.fr

Cris a dit…

Bonjour,

Je prépare une vidéo sur la maltraitance des cochons (mise en parallèle avec une pub)
Et je cherches des images, si possible vidéos de l'élevage (j'ai ce qu'il faut) du transport et de l'abatage.
Je suis tombé(e) sur : http://antoine.comiti.free.fr/specisme/Part4.htm
Mais il semble qu'auncun lien ne fonctionne ????

Anonyme a dit…

Bonjour,

(copie du message que j'ai laissé à la page précédente)

sur le principe , je suis totalement pour .
Si je me réveillais demain dans un monde où les animaux ne sont plus l'objet de la souffrance liée à leur consommation par les humains, je serais ravie.

Le gros bémol qui m'est venu tout de suite à l'esprit est au sujet des peuples qui ne vivent et subsistent que grâce à la chasse ou à la pêche . Dans certains coins du globe , si les gens ne pêchaient pas par exemple, ils auraient une alimentation carencée en protéines car ils n'ont ni les ressources ni les conditions nécessaires pour cultiver des céréales .
Ce projet d'abolition de la viande me paraît avant tout concerner les pays industrialisés.
Antoine , j'aimerais avoir ton avis à ce sujet.

Merci pour ton engagement éclairé.

J'apprécie beaucoup quand la cause animale est défendue dans la non-violence . C'est un sujet qui remue beaucoup les sensibilités et peut amener à de la révolte mais je pense que comme pour toute chose c'est dans la tolérance et le dialogue que les esprits peuvent s'éveiller et accepter une autre vision de la vie sur Terre.

Marie.

Antoine Comiti a dit…

Marie,

Dans une précédente version de la résolution, après la phrase "parce que la consommation de viande n'est pas une nécessité", on avait précisé : "(une alimentation saine sans chair animale étant ou pouvant être disponible en quantité suffisante)". (on l'a retiré notamment parce que ça alourdissait la résolution).

C'était pour montrer qu'on est conscient du problème des régions où une alimentation saine sans viande est inaccessible économiquement aujourd'hui, et aussi pour clarifier que cette revendication d'abolition n'exige même pas de mettre les intérêts des animaux à égalité avec ceux des humains. Que finalement l'idée d'abolition ne découle pas d'idées considérées comme radicales (comme l'égalité animale), mais d'idées finalement très répandues déjà aujourd'hui sur la manière dont on doit traiter les animaux.

Mais même quelqu'un qui vit dans une région où une alimentation saine sans viande n'est pas possible aujourd'hui peut soutenir l'idée d'abolition. De même qu'on peut être dans une région où une activité polluante est aujourd'hui essentielle à l'économie locale, mais militer pour qu'à terme cette activité cesse.

Antoine

Cláudia a dit…

Bonjour, et merci pour ce magnifique blog, tellement necéssaire.Je vous écrit du Portugal, oú il y a quelques jours j'ai reçu le lien de ce documentaire:http://video.google.com/videoplay?docid=4093730216074063220
Aussi dure que puisse être la réalité, il faut absolument que tout le monde sache ce qui se passe VRAIMENT, pour pouvoir aprés faire des choix en conscience.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je suis totalement d'accord qu'il faille abolir la viande. Par contre, je ne comprends pas pourquoi, dans l'un de vos textes, vous écrivez: «parce que les êtres sensibles ne doivent pas être maltraités ou tués sans nécessité,»...
Il est parfois nécessaire de les faire euthanasier pour mettre fin à leurs souffrances, mais quand est-il nécessairede les maltraiter ?
Merci de m'éclairer,
do

Dino Castelbou a dit…

La viande est le premier des terrorismes. C'est une attaque délibérée envers des animaux innocents qui ont commis comme "crime" de naître sous une forme non-humaine ; les animaux sont devenus des abstractions, des victimes de l'eugénisme (tous les animaux d'élevage sont consanguins...). Tolérer la violence, c'est être violent. La viande doit être abolie, car la viande n'est que de la violence. Celui qui ne respecte pas les animaux, ne se respecte pas lui-même. La viande ne fait pas seulement souffrir les animaux, mais les hommes qui respectent les animaux, et qui en vomissent de voir comment sont traités les sujets de leur affection par des robots-humains qui massacrent à la chaîne pour des robots-humains qui ont pour religion la zoophagie...http://www.youtube.com/watch?v=v61js4NJn4A&feature=channel_video_title